La psychanalyse à l'ère des neurosciences - Les neurosciences en bref

Cette page, neurosciences en un mot, parcourra l'énorme quantité d'informations neuroscientifiques auxquelles nous sommes confrontés chaque jour. Il fonctionnera comme un scanner qui parcourt les informations, sélectionne et présente les nouvelles les plus intéressantes sur le Web.


2022

Juillet

21e Congrès Annuel de la Société Internationale de Neuropsychanalyse : 
NEUROPSYCHANALYSE : IMPLICATIONS POUR LA TECHNIQUE CLINIQUE

San Juan, Porto Rico
Juillet 14 - 16, 2022

Reportage de Rosa Spagnolo

La journée éducative, introduite par le Dr Zellner et le Dr Axmacher, met en lumière les principaux sujets du Congrès. Le Dr Zellner indique quelles parties du cerveau humain sont analogues à celles d'autres espèces animales, dans une discussion évolutive encore ouverte entre évaluation topographique et comportementale, afin de pouvoir lire les données expérimentales obtenues à travers les mammifères. Elle s'est concentrée sur les zones sous-corticales où se situe la partie instinctive et émotionnelle, et sur les zones frontale et préfrontale où se situent la pensée logique, la prise de décision et la résolution de problèmes. Les sept systèmes émotionnels, décrits par Panksepp dès 1998, sont revisités à travers leur interaction et leur dynamisme réciproques. Dans l'interaction entre l'activation/l'inhibition corticale/sous-corticale, dit-elle, nous pourrions trouver la description d'un Surmoi corticalisé (frontalisé) inhibiteur et d'un Ça sous-cortical instinctif.

Les émotions primaires, comprises comme des prédictions innées, sont incluses dans le modèle de l'esprit prédictif. La génération d'attente (modèle génératif hiérarchique) produit un code d'erreur prédictif (codage prédictif hiérarchique) qui compare l'attente anticipée à ce qui vient de se passer, afin de la corriger, dans une intégration continue entre interception, extéroception et proprioception. En résumé, les émotions primaires sont des prédictions innées, facilitant l'apprentissage (l'expérience) qui produit de nouveaux codes prédictifs, alimentant à la fois l'imagination et l'inhibition. En d'autres termes, dans le passage des émotions primaires à l'imagination (et à l'inhibition), il y a un développement du processus primaire au processus secondaire, lié par la structure du Soi (Self related process).

Le liant prédictif est la mémoire, suggère N. Axmacher en introduisant le processus de formation et d'annulation des engrammes. Partant du concept développé que les processus de mémorisation sont multiples et non unitaires, il explique les études d'imagerie du lobe temporal liées à la formation de la mémoire déclarative. En élargissant l'objectif sur l'hippocampe, il entre dans le fond des mécanismes subcellulaires qui encodent les souvenirs, les enrichissent ou les effacent. Comment passer du mécanisme de décodage au contenu (stockage et récupération), c'est-à-dire du processus au contenu ? C'est la question à laquelle il répond dans la dernière partie de son discours. Grâce à une série d'expériences de stimulus spécifiques, les mécanismes de codage et les mécanismes de recherche du stimulus spécifique dans les souvenirs épisodiques (modèles d'engrammes) sont étudiés. La conclusion des travaux, ici introduite, confirme la localisation multiple de la codification, qui forme des représentations stimuli spécifiques qui sont diversement racontées, selon leur interaction (en particulier l'interaction avec les mémoires sémantiques). Il décrit, également, le rôle de la répression / de la libre association / de la résistance dans la génération et la résolution des conflits. 

Irith Barzel Raveh ouvre le Congrès. Elle souhaite une plus grande intégration entre les construits psychanalytiques et la neuropsychanalyse, qui ont déjà beaucoup voyagé ensemble et qui ont besoin d'une connexion supplémentaire liée aux résultats de la recherche dans les deux domaines.

Nancy Mc Williams, ouvre la session principale sur : « Que savons-nous de la psychopathologie et de la psychothérapie ». Elle analyse la psychopathologie pour laquelle les patients demandent à être aidés. « Quel patient pour quel type de traitement » a été le fil conducteur de son sujet. Dix "signes vitaux" sont d'abord décrits en détail, puis analysés au sein du lexique correspondant dans de nombreuses théories, comme leur déclinaison au sein de la personnalité ou du contexte environnemental. Ces signaux sont placés dans un contexte psychopathologique bien défini, déjà décrit par la littérature. A titre d'exemple, le manque de vitalité est un concept exprimé, suggère l'orateur, dans de nombreux auteurs comme celui de la personnalité "faux self", ou "Alexitimia", ou la théorisation du "complexe de la mère morte" et : "d'autres larges -des théories variées qui ont été adoptées par de nombreux auteurs au cours des dernières décennies ». C'est un ensemble de signes, de symptômes, de caractères et de personnalités qui sont décrits, mais dont l'évolution psychopathologique correspondante devient difficile à appréhender sinon à tenir ensemble. Le dixième point parmi les signes vitaux « Amour, travail et jeu » capte les aspects du patient et de l'analyste qui sont mis en jeu dans le travail de psychothérapie et relus à travers l'axe relatif aux capacités du DPM II. L'auteur souligne que de nombreuses recherches sur l'efficacité des psychothérapies ont mis en évidence comment ces deux facteurs - personnalité et relation - deux acteurs de la psychothérapie - sont les seuls éléments qui définissent leur faisabilité (et non les constructions théoriques des différents modèles d'intervention). Elle conclut ensuite en citant huit qualités positives de l'analyste (empathie, acceptation, authenticité, espoir et attentes pour n'en nommer que quelques-unes) qui contribuent au succès du processus thérapeutique. En définitive, le travail présenté vise à décrire les éléments positifs de la relation thérapeutique. Cela se retrouve dans ces 10 signes vitaux, et dans les sous-catégories lexicales, qui semblent pathognomoniques d'une intervention psychothérapeutique réussie. 

Dans cette description de ses étiquettes, j'ai eu du mal à entrevoir le patient, sa pathologie, prédisant spécifiquement la psychopathologie et son évolution. Probablement, en raison des limites temporelles de chaque discours ou, plus généralement, des limites de chaque description de la psychopathologie qui touche à la fois le DSM et le PMD, parfois peu exhaustives.

Les notes liminaires de M. Solms abordent d'abord les mérites du processus psychanalytique et de la technique d'intervention, puis proposent quelques hypothèses de révision de certains construits théoriques pour mieux les appréhender à la lumière des recherches récentes. Il met en lumière, en particulier, la théorie des pulsions, de l'inconscient et en général de la cure parlante.

La nécessité d'un équilibre homéostatique, qui maintient l'organisme en équilibre pour la survie, conduit ce dernier à essayer de satisfaire les besoins internes primaires, afin que cet équilibre ne se rompe pas. Cette satisfaction se lit comme plaisir, lorsqu'elle rééquilibre l'organisme, déplaisir, lorsque ce besoin ne rencontre pas la satisfaction. Par cette recherche continue d'équilibre (plaisir versus déplaisir) le corps (ses besoins) rencontre l'esprit (le travail pulsionnel à la frontière entre les deux) qui apprend à prédire la rencontre entre besoin et satisfaction. Les sept systèmes émotionnels primaires sont assimilés à des impulsions par lesquelles le corps rencontre l'esprit et l'environnement, c'est-à-dire les objets de satisfaction. 

L'inconscient est revisité à travers le dépôt (et le travail) des souvenirs. Apprendre ce qui fonctionne, par exemple pour satisfaire des besoins, et ce qui ne fonctionne pas (modèle prédictif) initie un processus d'automatisation légitime ou illégal (précoce) par le Moi qui "apprend" à faire des prédictions sur la possibilité qu'un certain besoin réponde au besoin. objet de satisfaction. En un mot le Moi fait des prédictions et si celles-ci sont justes les réponses (le processus) seraient automatisées (rendu inconscient, inconscient cognitif ; passage des structures prédictives corticales aux sous-corticales) sinon, si elles ne sont pas correctes (erreur de prédiction) les besoins seraient restent insatisfaits. Ce deuxième processus est enregistré comme mécontentement. Dans ce cas, la prédiction nécessite une action supplémentaire pour être corrigée, sinon la non-satisfaction sera automatisée de manière illégitime (inconscient refoulé). 

Dans ce travail continu d'automatisation, la mémoire à long terme joue le rôle principal car ce type de mémoire peut être facilement rappelé (fonction de mémoire déclarative, préconsciente) et leur reconsolidation continue facilite l'automatisation des prédictions. Le dernier point révisé est la fonction de la cure parlante. M. Solms en propose l'étude à travers sept points tels que l'impact sur les théories psychanalytiques de la conscience affective liée au Ça, le rôle mutatif des interprétations transférentielles, la valeur du traitement, l'automatisation des défenses, le rôle des symptômes. 
Dans les séances suivantes, les différentes hypothèses posées par les deux principaux invités ont été longuement analysées. 

Plus sur: https://npsa-association.org/events/npsa-congress-san-juan-2022/



2021

 

Décembre

Northoff G. et Scalabrini A. (2021) "Projet pour une neuroscience spatio-temporelle" - Le cerveau et la psyché partagent leur topographie et leur dynamique. De face. Psychol. 12:717402. doi: 10.3389/fpsig.2021.717402

Les neuroscientifiques et les psychanalystes travaillant ensemble font beaucoup pour construire un pont entre les deux disciplines. Récemment, de nombreux modèles sont sortis et tous semblent être vraiment importants pour mieux comprendre le travail psyché-cerveau. Cependant, nous nous concentrerons ici sur l'article de Northoff et Scalabrini (2021), qui proposent un « Projet pour une neuroscience spatio-temporelle », partant de l'hypothèse que - le cerveau et la psyché partagent leur topographie et leur dynamique.

Les auteurs partent de l'hypothèse que les hypothèses sur la cognition incarnée et celles des neurosciences affectives sur les systèmes émotionnels, ainsi que celles sur l'esprit computationnel, ne s'écartent pas » de la psychologie scientifique centrée sur la « troisième personne ». Dans ces disciplines, tout comme la psyché en psychologie, le cerveau est conçu en termes de fonctions spécifiques qui affichent des contenus extrinsèques, tels que des contenus affectifs, cognitifs et sociaux. Ces fonctions / contenus sont considérés comme i) généralement situés dans des régions particulières du cerveau, ii) restent les mêmes au fil du temps et iii) sont principalement étudiés par l'activité cérébrale évoquée par la tâche. En ce sens, toutes ces disciplines restent ancrées dans une vision statique du cerveau et du psychisme. La psychanalyse, en revanche, soutiennent les auteurs, a toujours présenté un modèle dynamique de l'esprit depuis sa création, constitué d'investissements, de contenus et de formes changeants, tels que les processus primaire et secondaire capables de parler en termes subjectifs. Ne pas pouvoir étudier le cerveau du point de vue de la « perspective à la première personne » crée un écart, qu'ils appellent la « contingence de l'écart », entre les modèles statiques construits autour du cerveau par les neurosciences et le modèle dynamique « à la première personne » de la psychanalyse. 

Comment combler ce fossé, demandent-ils ?
« Une façon est de considérer le cerveau dans des termes analogues au modèle de la psyché en psychanalyse. Plus précisément, on peut vouloir concevoir le cerveau en termes d'énergie, de dynamique, de structure/topographie et de perspective à la première/deuxième personne. Le cerveau et la psyché peuvent alors être conçus en termes analogues avec l'ultime espoir que ces caractéristiques soient partagées par le cerveau et la psyché comme leur « monnaie commune » » (Pag.2)

Les auteurs proposent donc de partir de modèles psychanalytiques, en les intégrant à ce qui vient du monde neuroscientifique sur la structure spatio-temporelle du cerveau et du psychisme. Mieux dire, ils proposent de compléter le « Projet d'une psychologie scientifique » de Freud à travers une vision alternative qui se concentre sur l'énergie, la dynamique, la structure du cerveau et le conçoit dans la perspective première/deuxième personne.

La psychanalyse, prétendent-ils, nous a appris à apprécier la dynamique du psychisme dans laquelle s'investissent l'énergie, alimentant la libido, les pulsions et l'inconscient. C'est cette énergie mentale qui rend la psyché dynamique. Est-il possible de décrire cette dynamique avant que ses fonctions et contenus ne soient dévoilés ?
En d'autres termes, nous avons été habitués à voir le psychisme comme une structure organisée sur des fonctions et des contenus, alors que ses caractéristiques spatiales et temporelles sont négligées par les neurosciences à la fois cognitives et affectives. Au contraire, la psychanalyse se réfère à l'expérience dans la perspective à la première et à la deuxième personne en gardant l'accent sur la subjectivité, alors qu'en psychologie l'accent est toujours mis sur l'objectivité, à la troisième personne. Dès lors, partir de l'étude de l'activité cérébrale spontanée au repos, avec ses hiérarchies et imbrications cérébrales et psychiques, nous aide, soutiennent-ils, à mieux comprendre le modèle spatio-temporel et donc à acquérir une vision scientifique de la subjectivité.

L'activité spontanée du cerveau au repos fait référence à l'absence de tâches ou de stimuli spécifiques introduits de l'extérieur par un chercheur et peut être mesurée pendant l'état de repos. L'activité spontanée peut être caractérisée topographiquement, donc spatialement, par divers réseaux en interaction dont les relations semblent être modulées par l'activité globale du cerveau. Du côté temporel, l'activité spontanée du cerveau est caractérisée par des fluctuations ou des oscillations dans diverses gammes de fréquences qui, ensemble, fournissent une certaine structure temporelle dynamique. La topographie et la dynamique temporelle constituent pour les auteurs le modèle des neurosciences spatio-temporelles. Cela se concentre sur les caractéristiques spatiales et temporelles du cerveau et sur la façon dont elles, à leur tour, façonnent les fonctions cognitives, affectives, sociales, etc. du cerveau avec leurs contenus respectifs.

Ce modèle, nous préviennent-ils, n'est pas en contradiction ou en compétition avec les neurosciences affectives, cognitives et sociales, mais les intègre et les incorpore dans un contexte spatial et temporel plus large et plus complet. En s'appuyant sur les travaux de Qin et al. (2020) ils introduisent la dynamique du Soi, le soi intéroceptif, extéro-proprioceptif, cognitif ou mental, et sa structure hiérarchique imbriquée, en couches, par Qin et al. (2020) décrit comme une "hiérarchie imbriquée du soi". Dans cette imbrication, les régions de la couche inférieure sont incluses dans la couche supérieure suivante et sont complétées par des régions supplémentaires, et ainsi de suite. Cette description fait converger les études sur l'emboîtement et la hiérarchie cerveau/soi. 

Il est important de souligner que le Soi n'est plus conçu comme une entité isolée qui « réside » dans les structures du cerveau, du corps et de l'esprit. Il imbrique et hiérarchise exactement avec l'imbrication et la stratification du cerveau.
Dans l'article, une grande importance a été accordée au récent « Nouveau projet pour une psychologie scientifique » de Mark Solms (2020). Ce dernier, suivant le "Projet" de Freud, utilise le texte freudien original comme modèle pour le reformuler en termes d'Énergie Libre (FEP) et de Codage Prédictif (PC) de Friston, au sein desquels il recode des concepts plus délicieusement psychodynamiques tels que les défenses, la mémoire, rêves, ego etc.

Les auteurs élargissent ce domaine en essayant de décrire comment la structure spatio-temporelle du cerveau guide et organise également les activités liées à la FEP et au PC. Ils concluent en déclarant que nous avons besoin à la fois de modèles FEP/PC et de neurosciences spatio-temporelles pour mieux comprendre et guider les psychothérapies psychodynamiques.
L'objectif des auteurs est d'informer neuroscientifiquement la psychothérapie et d'élargir nos connaissances sur le soi et ses caractéristiques intrinsèques au niveau neuro-psychodynamique. Au stade actuel, leur modèle n'a pas vocation à changer ni à proposer de nouvelles techniques thérapeutiques ; néanmoins, ils affirment que la psychothérapie spatio-temporelle pourrait fournir un cadre éclairé plus complet et neuroscientifique qui pourrait être utile pour les thérapeutes.

« Quel est le but de la psychothérapie ? Dans notre point de vue neuroscientifiquement informé, le but de la psychothérapie est (1) d'inverser la réorganisation topographique-dynamique inadaptée du cerveau et (2) d'établir une imbrication spatio-temporelle plus adaptative et stable du cerveau et du soi, rétablissant ainsi une hiérarchie imbriquée appropriée. De soi. Ce processus, conformément à la psychanalyse contemporaine, pourrait servir à rétablir le sens subjectif d'intégrité, de cohérence et de continuité de soi dans le temps et dans l'espace, semblable à ce qui a été décrit par Philip Bromberg : les espaces entre les réalités sans en perdre aucune – la capacité de se sentir soi tout en étant multiple » (Bromberg, 1996, p. 166) » (Pag.13)

Solms, M. (2020). Nouveau projet de psychologie scientifique : schéma général. Neuropsychanalyse 22, 5-35. doi: 10.1080/15294145.2020.1833361
Lien papier : https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyg.2021.717402/full

PAR ROSA SPAGNOLO






mars
Le modèle de régulation de l'attachement d'Allan Schore: la communication cérébrale droite entre le soignant et l'enfant et la formation de l'esprit intersubjectif. Un remède cérébral droit pour l'inconscient humain. Clara Mucci

Au cours des dernières décennies, les théories de l'attachement de Bowlby, initialement considérées comme «pas assez profondes», c'est-à-dire ne pas faire référence à la dynamique inconsciente, ont été largement reconnues comme fondamentales pour le développement humain, même dans le champ psychanalytique, en particulier par la psychanalyse relationnelle et la neuropsychanalyse.
La vision traditionnelle de la psychanalyse comme basée sur un modèle construit sur les pulsions et les conflits a cédé la place à un «tournant relationnel» dans la théorie et la pratique psychanalytiques, un modèle basé sur un double inconscient (Lyons-Ruth) ou une «psychologie à deux personnes» ( Schore). Cette nouvelle pertinence donnée à l'attachement dans les modèles de développement, également soutenue par Fonagy et son modèle de théorie de la mentalisation, se fonde sur une théorie de la régulation de l'affect. La régulation affective est fondamentale pour atteindre des niveaux cognitifs matures de développement et de contrôle des impulsions. La mère (ou le principal dispensateur de soins) est le régulateur «caché» de tous les systèmes neurobiologiques menant à la régulation émotionnelle, au développement cognitif et à la formation sociale du cerveau. Cette communication est régulée par l'hémisphère droit de la mère en contact avec l'hémisphère droit de l'enfant; l'hémisphère droit se développe en fait en premier et domine la première année et demie de la vie, formant des modèles de travail internes (basés sur des images et des dynamiques de soi et des autres en relation), la régulation de l'amygdale dans le système limbique avec un développement ultérieur et connexions avec les zones orbitofrontales et le fonctionnement d'ordre supérieur du cerveau, avec l'intervention ultérieure du cerveau gauche qui devient plus tard l'hémisphère dominant (même si les deux fonctionnent conjointement). Ces deux premières années de vie sont encodées dans l'amygdale, dans la mémoire implicite et procédurale, formant des images de soi qui restent inconscientes (au sens décrit par Schore), non conscientes pour le sujet et pourtant capables d'organiser la plupart des vie mentale et émotionnelle, y compris les choix et comportements futurs.

Allan Schore a révisé le modèle d'attachement dérivé de Bowl en l'intégrant à des décennies de recherche interdisciplinaire combinant la neuroscience affective, la neurobiologie interpersonnelle, la psychologie du développement de l'enfant et la recherche sur le nourrisson, créant un modèle basé sur la régulation des affections et l'attachement, dans lequel le cerveau droit fonctionne et se développe. est essentiel. Schore décrit les échanges émotionnels précoces de la mère et de l'enfant (ou la communication cérébrale droite du principal soignant avec le cerveau droit de l'enfant) comme la base du développement des structures neurobiologiques et neuroscientifiques du développement psychique, avec un impact déterminant sur le les maturations des systèmes cérébraux impliqués dans la stimulation de l'affect et la régulation de l'affect, qui, du fait d'être induites par le soignant, deviendront finalement des autorégulations des systèmes de l'enfant. Les systèmes structurels du cerveau droit sont instrumentaux pour l'élaboration non consciente des émotions, dans la modulation du stress et des glucocorticoïdes, dans l'autorégulation et constituent donc les racines affectives du noyau originel du Soi. Dans cette optique, les dynamiques d'attachement sont instrumentales pour la formation de voies affectives et neurobiologiques saines ou au contraire contribueront ou même détermineront la psychopathologie future; ils seront également essentiels dans la dynamique implicite de la psychothérapie.

Les premières expériences émotionnelles affectent donc en permanence la structure psychique et se latéralisent dans l'hémisphère droit, celui qui est le plus connecté au corps, au système nerveux autonome et aux émotions inconscientes. De plus, ces premières expériences relationnelles du cerveau droit forment le noyau neurobiologique de l'inconscient (qui à ce stade n'est pas refoulé au sens de Freud mais plutôt «non refoulé» au sens expliqué par Mauro Mancia, dans une vision très congruente avec le modèle de Schore). Les régulations interactives inconscientes entre les deux sont à la base des relations et des styles d'attachement. 
Toute la première année de vie du nouveau-né humain est consacrée à la création d'un lien d'attachement, à travers une communication visuo-faciale, tactile, gestuelle, tactile et prosodique. La mère (une mère sûre) est en harmonie avec les changements constants des états internes de l'enfant. Au début, les affects de l'enfant sont décodés et médiatisés ou régulés par le soignant, puis ils deviennent de plus en plus autorégulés (de l'identification projective à la régulation des affects); cette régulation acquise (qui est aussi la base d'un attachement sûr) dépendra de l'expérience réelle réelle de la dyade enfant-soignant, des expériences réelles vécues par l'enfant au cours de sa première année de vie. La fonction de régulateur d'affect exercée par la mère a un effet sur les connexions synaptiques lors de la mise en place des circuits fonctionnels du cerveau droit à des moments critiques de maturation prédéterminés ou déterminés génétiquement. En particulier, les transactions entre le soignant et l'enfant ont un effet sur les circuits limbiques contrôlant et élaborant la vie émotionnelle et la capacité d'empathie.

Lorsque le soignant est émotionnellement inaccessible et réagit avec pas assez de réglage et de capacité à réguler la perturbation momentanée de la communication ou réagit avec colère et hostilité au lieu de moduler l'excitation, elle peut contribuer à créer une hyper excitation chez l'enfant ou même des moments de dissociation, comme nous voyons dans des états d'abus et d'abandon, où les modèles de travail internes sont d'un attachement insécure ou même désorganisé.

Les formes actuelles de psychothérapie considèrent la dérégulation des affects et des déficits relationnels comme une condition étiopathologique aux troubles psychiatriques, aux addictions, à la destructivité et aux troubles de la personnalité. Les processus créés de manière intersubjective (empathie, identification à l'autre, etc.) dépendent grandement des ressources et du fonctionnement du cerveau droit. 60% de la communication humaine se transmet de manière non verbale, à travers le regard et les interactions corporelles (posture visuo-faciale, prosodique et corporelle).

Comme l'a fait valoir Daniel Stern, «sans le non-verbal, il serait difficile d'atteindre les aspects interactifs empathiques de l'intersubjectivité». Les transactions cérébrales droites modulent l'inconscient relationnel exprimé de manière dyadique dans les attachements vécus par l'adulte, y compris la rencontre thérapeutique. Ces communications cérébrales droites transmettent encore plus que les verbalisations conscientes la personnalité du thérapeute ainsi que la personnalité du patient. L'information affective est basée principalement sur le visage et secondairement sur l'intonation et la modulation de la voix (ce qui rend l'utilisation de la technique du vis-à-vis préférable). Comme Schore l'a expliqué, lors de moments affectifs intenses, ces dialogues du cerveau droit entre l'inconscient relationnel du client et l'inconscient relationnel du thérapeute sont des exemples de communication de processus primaire. Ces communications non verbales, implicites, non conscientes, entre cerveau droit / esprit / corps sont bidirectionnelles et donc intersubjectives. Les transactions intersubjectives médiatisent les moments de rencontre entre le patient et le thérapeute, y compris le moment des mises en acte relationnelles. En thérapie, la régulation de l'affect a lieu aux marges de la dérégulation de l'affect. «L'intersubjectivité est donc plus qu'une correspondance ou une communication de cognitions explicites. Le champ intersubjectif co-construit par deux individus comprend non seulement deux esprits mais deux corps» (Schore, 2012, p. 40). Le transfert lui-même est donc médiatisé par ces transactions qui sont structurées à travers les premiers moments de l'adaptation intersubjective. En conséquence, les transactions de transfert-contre-transfert représentent / incarnent une communication non consciente et non verbale entre le cerveau / l'esprit / le corps droit d'un participant et le cerveau / l'esprit / le corps droit de l'autre. 

En surveillant les réponses somatiques contre-transférentielles, le cerveau droit du clinicien empathique psycho-biologiquement affiné suit au niveau préconscient non seulement les rythmes de l'excitation et le flux des états affectifs du patient, mais aussi les réponses contre-transférentielles corporelles et somatiques du thérapeute. , extéroceptif et intéroceptif. 

Par conséquent, la réponse thérapeutique peut réparer les dommages et créer une nouvelle structure, plus capable de faire face aux défis existentiels. 

Cette théorie révolutionnaire de l'attachement / régulation basée sur le fonctionnement du cerveau droit explique comment la participation thérapeutique à la régulation externe des affects repose sur la capacité émergente à réaliser des modalités de régulation interne plus complexes et plus adaptatives chez le patient. Le modèle psycho-thérapeutique repose sur le même mécanisme de développement psychobiologique de l'attachement. 

Selon Schore, l'alliance thérapeutique agit épigénétiquement comme un environnement social, affectif et bienveillant. Il facilite la croissance et favorise non seulement de nouvelles modalités d'attachement relationnel sécurisé, mais est également capable de restructurer ou même d'étendre le fonctionnement du cerveau droit chez le patient et donc son fonctionnement créatif inconscient, étant le cerveau droit le substrat biologique de l'inconscient humain. 

Schore AN, La science de l'art de la psychothérapie. NewYork: WWNorton.


 

2019

Décembre 2019
Le cerveau ne se repose jamais Avez-vous toujours cru que votre cerveau se repose pendant que vous dormez? 
Comme nous passons la majeure partie de notre vie à dormir, il est essentiel de comprendre pourquoi le sommeil est si nécessaire pour le cerveau. Pour expliquer cela, l'activité cérébrale pendant le sommeil doit être examinée. De nombreuses études actuelles explorent le mécanisme impliqué dans la production de sommeil / rêves et le processus de cognition. À partir des années 50, la découverte du sommeil REM / non-REM a conduit à une augmentation des recherches en neurophysiologie et à la corrélation anatomique entre le sommeil et les rêves. L '«état de repos», comme le sommeil / rêve, l'errance mentale, l'état de repos, partagent tous les mêmes circuits associés aux tâches non évocatrices. Le DMN (Default Mode Network) en fait partie. Je vais suggérer quelques nouvelles études qui peuvent être utiles pour nous tenir au courant des nouveaux développements dans ce sujet.
Houldin (2019) [1] écrit: "La fonction du sommeil est un mystère de longue date du cerveau. En revanche, la fonction des réseaux d'état au repos (RSN) est l'un de ses mystères les plus récents". L'auteur décrit trois études impliquant une évaluation des RSN, à travers l'éveil et le sommeil en utilisant un paradigme expérimental dans lequel des participants en bonne santé, non privés de sommeil, dormaient dans un scanner IRM, car leur activité cérébrale était enregistrée en utilisant l'électroencéphalographie simultanée (EEG) -fMRI.  

Les résultats indiquent que:
a) le sommeil est soutenu par la même structure RSN que l'éveil
b) une des fonctions du sommeil peut être de contrebalancer l'éveil par l'homéostasie
c) le schéma de la dynamique de représentation des bandes de fréquences reflète la dynamique neurophysiologique corticale. 


Qu'est-ce que ça veut dire?

L'auteur dit: «En observant les changements de communication entre ces réseaux, nous pouvons utiliser ces associations connues pour déduire ce que le cerveau pourrait faire pendant le sommeil». Plus précisément: la première étude a révélé que les réseaux d'état de repos qui sont constamment identifiables à l'état de veille sont également systématiquement présents pendant le sommeil, sans qu'aucun nouveau réseau n'apparaisse, malgré les fonctions uniques du sommeil. La deuxième étude suggère que la fonction du sommeil profond peut être de «réinitialiser» l'activité cérébrale plus près d'un schéma de base, afin que le cerveau soit mieux préparé au besoin de s'adapter et de créer de nouveaux schémas le jour suivant. La troisième étude a révélé qu'au-delà de l'activité des réseaux eux-mêmes, représentant l'activité collective de milliards de neurones, les sous-ensembles de populations neuronales semblent modifier largement leur activité selon certaines prédictions. 

Il y a quelques années, en 2011, Rosazza & Minati [2] notaient:  
"La connectivité fonctionnelle peut être étudiée pendant l'exécution de tâches actives, telles que le tapotement du doigt ou la stimulation visuelle, ainsi que pendant l'état de repos, une condition dans laquelle le participant n'exécute aucune tâche active et est simplement invité à rester immobile, les yeux. fermé ou ouvert lors de la fixation d'une croix. En fait, il est bien connu que, dans des conditions de repos, le cerveau est engagé dans une activité spontanée qui n'est pas attribuable à des entrées spécifiques ou à la génération d'une sortie spécifique mais est intrinsèquement d'origine. Le cerveau dans des conditions physiologiques normales les conditions ne sont jamais oisives, mais restent toujours neuro-électriquement et métaboliquement actives ». Entre-temps: "De nombreux autres réseaux cérébraux ont maintenant été observés au repos, y compris ceux impliqués dans la vision, l'audition et la mémoire. Dans chacun de ces cas, les mêmes régions qui se déclenchent ensemble pendant les tâches semblent bourdonner ensemble au repos, maintenant signature de leur organisation fonctionnelle. Les oscillations lentes et synchronisées au sein de chaque réseau - indépendantes les unes des autres - sont également remarquablement robustes, persistantes même pendant le sommeil et sous anesthésie "[3].

Que dit-il de la destination anatomique de la mémoire dans le rêve / sommeil?

Nous savons que les études cliniques et d'imagerie cérébrale relient la mémoire épisodique et la conscience auto-noétique à l'activité dans plusieurs régions préfrontales du cerveau (par exemple la médiale, la dorsolatérale), le cortex visuel et le lobe temporal médial, y compris l'hippocampe. Les régions hippocampiques sont particulièrement actives lorsque la qualité autoréférentielle de la tâche mémoire est élevée. Les changements dans la fonction cérébrale pendant le sommeil paradoxal, en particulier l'augmentation de l'activité dans la formation de l'hippocampe et la diminution de l'activité dans les régions préfrontales, sont cohérents avec l'idée que le fonctionnement altéré de la mémoire épisodique, lié à ces régions cérébrales, contribue à la qualité unique de l'expérience de rêve [4] ( Nielsen et Stenstrom, 2005).  

Dans la page en ligne de Neuroscience News [5], ils résument ce sujet comme suit: «Pendant que nous dormons, l'hippocampe se réactive spontanément en générant une activité similaire à celle que nous sommes éveillés. Il envoie des informations au cortex, qui réagit en Cet échange est souvent suivi d'une période de silence appelée «onde delta», puis d'une activité rythmique appelée «fuseau de sommeil». C'est à ce moment que les circuits corticaux se réorganisent pour former des souvenirs stables. Cependant, le rôle des ondes delta dans la formation de nouveaux souvenirs reste une énigme: pourquoi une période de silence interrompt-elle la séquence des échanges d'informations entre l'hippocampe et le cortex, et la réorganisation fonctionnelle du cortex? ».

Nous savons que les nouvelles informations sont stockées dans différents types de mémoires. Les neuroscientifiques appellent cela - les multiples systèmes de mémoire. Le modèle de ce système provient de la preuve d'un modèle de troubles d'apprentissage après des dommages au système hippocampique des mammifères. Pour de nombreuses raisons, ils ont proposé une théorie de la mémoire à double mémoire: mémoire dépendante de l'hippocampe et non dépendante de l'hippocampe, ou simplement, mémoire déclarative et non déclarative (procédurale). De plus, l'hippocampe et le néocortex sont les structures neuronales associées respectivement au stockage de la mémoire temporaire et à long terme. 

"Les modèles de mémoire actuels soutiennent que ces deux structures cérébrales accomplissent des fonctions de mémoire uniques, mais interactives. Plus précisément: la plupart des modélisations suggèrent que les souvenirs sont rapidement acquis pendant l'expérience de veille par l'hippocampe, avant d'être ensuite consolidés dans le cortex pour un stockage à long terme. Sommeil s'est avérée critique pour le transfert et la consolidation des souvenirs dans le cortex », suggère Langille JJ (2019) [6]. Lors des périodes de consolidation ultérieures, on suppose que ce réseau permettra de renforcer et d'intégrer de nouvelles mémoires avec des mémoires préexistantes en stockage mémoire à long terme. Les périodes hors ligne, telles que le sommeil, sont considérées comme les périodes idéales pour la reproduction, car aucune nouvelle information entrante n'interférera avec la consolidation.  

Todorova & Zugaro (2019) [7] ont mené une nouvelle étude explorant la structure cérébrale impliquée dans le sommeil profond. L'actualité des neurosciences résume cet article comme suit: «Les réactivations spontanées de l'hippocampe déterminent quels neurones corticaux restent actifs pendant les ondes delta et révèlent la transmission d'informations entre les deux structures cérébrales. De plus, les assemblages activés pendant les ondes delta sont formés de neurones. qui ont participé à l'apprentissage d'une tâche de mémoire spatiale au cours de la journée. Ensemble, ces éléments suggèrent que ces processus sont impliqués dans la consolidation de la mémoire. Pour le démontrer, chez le rat, les scientifiques ont provoqué des ondes delta artificielles pour isoler soit les neurones associés à des réactivations dans l'hippocampe, soit neurones aléatoires ".  

Todorova et Zugaro soutiennent: "Cet isolement des calculs corticaux joue-t-il un rôle critique dans la consolidation de la mémoire? Une prédiction de cette hypothèse est que l'isolement des assemblages corticaux par induction expérimentale d'ondes delta devrait déclencher la consolidation de la mémoire, mais seulement si l'activité isolée est pertinente pour le dialogue hippocampo-cortical (pics de partenaire). Nous avons déjà montré que le déclenchement des ondes delta, lorsque les mécanismes endogènes échouent, peut booster la consolidation de la mémoire à condition que les ondes delta soient induites dans une fenêtre temporelle appropriée ». En rapportant les résultats de cette étude, les auteurs notent: «Nous nous sommes concentrés sur les pointes delta et avons constaté qu'il ne s'agit pas de bruit neuronal dû à un silence imparfait du manteau cortical. Au contraire, ils constituent un phénomène commun impliquant potentiellement tous les neurones et tous les delta ondes, et elles réagissent à un véritable traitement impliqué dans la consolidation de la mémoire. Cela fournit également un mécanisme pour le rôle documenté mais déroutant des ondes delta dans la consolidation de la mémoire: le silence synchronisé sur la majeure partie du cortex isole le réseau des entrées concurrentes, tandis qu'une sous-population sélectionnée de neurones maintient des modèles de pointes pertinents actifs entre les époques de transfert d'information hippocampo-corticale et les époques de plasticité corticale et de réorganisation du réseau ".

Les cibles thérapeutiques pour divers types de troubles de la mémoire sont assez différentes. Par exemple, pour les souvenirs extrêmes basés sur la peur comme les phobies, il faut cibler l'amygdale; pour les souvenirs forts basés sur les habitudes comme les troubles obsessionnels-compulsifs, il faut viser le striatum; pour un oubli sévère, comme dans la maladie d'Alzheimer, il faut viser l'hippocampe et les structures adjacentes. 

Une implication possible de ces études sur la consolidation de la mémoire est que les souvenirs traumatiques seront stockés, mémorisés ou oubliés, selon ce transfert d'information hippocampique-cortical et cette réorganisation du réseau.


Rosa Spagnolo

[1] Houldin, E. (2019). Dynamique du réseau à l'état de repos pendant l'éveil et le sommeil. Dépôt électronique de thèses et de mémoires. 6397. https://ir.lib.uwo.ca/etd/6397

[2] Rosazza C. et Minati L. (2011). Réseaux cérébraux au repos: revue de la littérature et applications cliniques. Neurol. Sci. 32: 773–785. DOI 10.1007 / s10072-011-0636-y

[3] Shen, H., H. (2015). Concept de base: connectivité à l'état de repos. PNAS, 17/112: 46 | 14115–14116 https://www.pnas.org/content/112/46/14115

[4] Nielsen, T., A. et Stenstrom P. (2005). Quelles sont les sources de mémoire du rêve? Nature, vol. 437 | 27 octobre 2005 | doi: 10.1038 / nature04288

[5] CNRS (2019). "Une nouvelle découverte: comment nos souvenirs se stabilisent pendant que nous dormons." ScienceDaily. ScienceDaily, 18 octobre

2019. www.sciencedaily.com/releases/2019/10/191018125514.htm

[6] Langille, J., J. (2019). Se souvenir d'oublier: un double rôle pour les oscillations du sommeil dans la consolidation de la mémoire et l'oubli. Devant. Cellule. Neurosci. 13:71. doi: 10.3389 / fncel.2019.00071

[7] Todorova R. et Zugaro, M. (2019). Les calculs corticaux isolés pendant les ondes delta soutiennent la consolidation de la mémoire. Science, 2019; 366 (6463): 377 DOI: 10.1126 / science.aay0616



mars 2019
Cartographie du cerveau. Un pas en avant vers la matrice de connectivité régionale.

Cartographier les connexions entre les neurones, de différentes régions du cerveau, puis dessiner un atlas de connectivité est l'un des prochains défis pour les scientifiques. Ce défi a été relevé par le professeur Partha Mitra, du RIKEN Center for Brain Science au Japon, qui dirige un projet de cartographie des cerveaux individuels sur un atlas de référence commun, malgré leur variation individuelle significative. L'étude implique le marmouset commun (Callithrix jacchus), meilleur pour cette cartographie que la souris commune et les primates (comme le Macaque), en raison de son cortex plus plat et de sa taille de cerveau plus petite, qui permettent potentiellement une analyse plus complète des circuits neuronaux, en outre comportement (Miller et al., 2016) et la communication vocale (Marx, 2016). Pour de nombreuses raisons, suite à l'initiative en Europe (HBP-Human Brain Project) et aux États-Unis (projet BRAIN), le Japon a lancé le projet Brain / Minds en tant que modèle NHPs (Not Humane Primates). Les méthodes de traçage de tractus sont le meilleur moyen d'étudier l'ensemble du cerveau, alors que les études précédentes étaient basées sur la conservation de la littérature et la méta-analyse. Désormais, pour le marmouset, une base de données en ligne de plus de 140 études d'injection de traceurs rétrogrades dans environ 50 zones corticales est disponible en ligne (http://monash.marmoset.brainarchitecture.org). 

Toutes les études réalisées mettent en lumière les aspects qualitatifs et quantitatifs des connexions neuronales. Cela signifie construire un ensemble de données idéal qui contiendrait la position, la morphologie, la connectivité synaptique ainsi que les identités des émetteurs / récepteurs à chaque synapse ainsi que des cartes spatiales des émetteurs et récepteurs neuro-modulateurs diffus de chaque neurone. une grande importance pour les études sur la connectivité et ses dysfonctionnements (dans la dépression, la schizophrénie, l'autisme) mais chaque cartographie - même si une cartographie complète était effectuée dans un cerveau - ne résoudrait toujours pas le problème de la variation individuelle entre les cerveaux, ce qui nécessiterait idéalement de faire le même carte détaillée pour de nombreux cerveaux.

Les auteurs présentent des informations détaillées sur la manière d'aborder la variation biologique et d'afficher la reconstruction tridimensionnelle par différentes étapes d'acquisition d'images, montrant une parcellisation précise du cerveau. Le processus d'enregistrement a permis une reconstruction de la surface du cerveau (Vidéo 1), des visualisations tridimensionnelles de projections et des coupes virtuelles dans des plans de coupe autres que les coupes coronales d'origine afin de créer finalement une carte cérébrale de la matrice de connectivité régionale.

Pour plus d'informations, veuillez consulter: 

Un pipeline neurohistologique à haut débit pour la cartographie de la connectivité méso-échelle du cerveau du marmouset commun. Meng KL, et. al./ Lin et. Al. (2019). eLife, 8: e40042

DOI: https://doi.org/10.7554/eLife.40042

La vidéo
DOI: https://doi.org/10.7554/eLife.40042.011


Rosa Spagnolo

Le 2019 janvier

Sujet 1: Connaissance des pilules


Date & Heure vous surfez sur le web sur un sujet de neuroscience, que trouverez-vous en premier? Tout le monde cherche des informations sur Internet, y compris les psychanalystes. Par conséquent, entamer un dialogue entre les neurosciences et la psychanalyse signifie aujourd'hui parcourir de nombreuses propositions Web. Par cette navigation rapide, vous obtenez des informations générales: vous regardez tout, sans entrer dans les détails. 

Certains internautes passent du temps à approfondir et à revoir les concepts «atteints» par Internet: la plupart des internautes restent piégés dans le réseau des offres. La «connaissance en pilules» alimente de nombreux domaines, dont les neurosciences et la psychanalyse.

Nos, la question aujourd'hui est: Pensez-vous qu'il est possible d'obtenir de nouvelles connaissances à partir de ce type de surf? Est-ce que "visualiser" les informations en faisant défiler une page vers le bas signifie vraiment "connaissance"? Commençons par visiter le neuroscientifique parmi les XNUMX pays

Top 10 des nouvelles en neurosciences de 2017
14 décembre 2017 | par Adam Tozer PhD, rédacteur scientifique
https://www.technologynetworks.com/neuroscience/lists/top-10-neuroscience-news-stories-of-2017-295213 

Et les 100 meilleurs blogs de neurosciences
https://blog.feedspot.com/neuroscience_blogs/

Ou le top dix de la vidéo sur les neurosciences: une collection de conférences TED (et plus) sur le thème des neurosciences
https://www.ted.com/playlists/browse?topics=neuroscience