Hommage à Daniel Widlöcher

1929 - 2021

 

                                       

Claudio Laks Eizirik

Le 15 décembre, j'ai reçu un message de Marilia Aisenstein m'informant du décès de notre cher ami et ancien président de l'IPA, Daniel Widlocher. C'était une triste nouvelle pour sa famille et ses nombreux amis à travers le monde, pour la psychanalyse et pour l'IPA.
Daniel Widlocher est né à Paris en 1929, ville où il a vécu toute sa vie, où il a étudié, est devenu psychiatre, professeur distingué de psychiatrie, chercheur, psychanalyste, et membre actif du mouvement psychanalytique en France et en Europe. . Il était l'un des penseurs psychanalytiques les plus respectés au niveau international et l'auteur de nombreux livres qui montrent le large éventail de ses intérêts. Parmi eux, 'L'identité du psychanalyste' (avec Edward Joseph), 'Sexualité infantile et attachement', 'Freud et les problèmes du changement', 'Actualité des modèles freudiens', 'Les psychanalystes savent-ils dêbatre ?' et 'Comment sur Devient Psychanalyste..Et Comment sur le Reste'.

Après avoir occupé la présidence de l'Association psychanalytique de France (APF) et de la Fédération psychanalytique européenne (EPF), et plusieurs années en tant que secrétaire général de l'IPA (sous la présidence de Serge Lebovici), ainsi qu'avoir présidé plusieurs comités, Daniel Widlocher a été élu président de l'API pour le mandat 2001-2005. 
Au cours de son mandat, Widlocher a franchi le pas décisif pour entamer les discussions autour des modèles de formation analytique, confrontés à de fortes résistances, mais recevant également un soutien constant. Il a rédigé un mémorandum et l'a soumis aux autorités de l'IPA, afin qu'elles puissent s'exprimer, et il a également commencé à avoir des rencontres privées avec de nombreux membres de l'IPA, afin d'explorer la question et de stimuler le principe de flexibilité. Je me souviens encore du choc initial produit par ce mémorandum, mais de son influence positive à long terme. Il a fallu encore deux ans de débats longs et houleux pour que le Conseil, dans mon administration, approuve formellement les trois modèles de formation analytique actuellement existants, en 2007.
À mon avis, trois autres réalisations très importantes de son mandat ont été : 1. La division de la recherche psychanalytique en deux domaines principaux, les études empiriques et quantitatives déjà existantes, et le nouveau, sur la réflexion historique et conceptuelle, qui a élargi la portée et financement de projets de recherche; 2. La création de centres associés à l'IPA, partout dans le monde, ouverts à des groupes intéressés par la psychanalyse, comprenant ou non des psychanalystes, et ayant ou non l'intention d'évoluer pour devenir un Groupe d'étude IPA. La création des centres alliés de l'IPA a été une initiative très réussie, qui s'est développée dans de nombreux endroits et qui continue de fonctionner activement ; 3. La mise en place du DPPT (Développer la pratique et la formation psychanalytiques), sur proposition de Donald Campbell, alors Secrétaire général de l'IPA, un programme ayant pour objectif de sélectionner et de financer des projets des trois régions pour étudier et stimuler des actions visant à améliorer formation et pratique analytiques, qui ont produit des résultats très positifs.

Bien que connaissant Daniel Widlocher pendant de nombreuses années avant 2003, ce n'est qu'à ce moment-là, après avoir été élu président élu de l'IPA, que j'ai eu l'opportunité de travailler en étroite collaboration avec lui, pendant les deux années suivantes. Daniel avait une façon particulière de diriger : il écoutait beaucoup, était invité à donner son avis et ses suggestions et, avec une attitude douce mais ferme, il était capable de défendre ses vues, mais toujours ouvert à prendre des décisions en tenant compte de différentes perspectives. 
C'était un intellectuel sophistiqué, en sciences humaines comme en psychanalyse, et avait un sens de l'humour très subtil. Passant tant de temps en réunions communes ainsi qu'en entretiens privés, il était clair qu'il y avait une limite à sa patience et il savait clairement tracer une ligne en cas de besoin. 
Après 2005, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises, et c'était toujours un grand plaisir de passer du temps avec lui, d'échanger et d'écouter ses sages suggestions. Je l'aimais beaucoup et je suis reconnaissant pour son amitié.

Daniel Widlocher était un homme d'une grande intégrité, gentillesse, intelligence et générosité, avec le courage de faire face à toutes sortes de situations difficiles. Il fut un grand Président de l'IPA et laisse un héritage de créativité, d'idées originales et d'amour pour la psychanalyse.


 

Marilia Aisenstein
Décembre 2021
Daniel Widlôcher est décédé le 14 décembre, c'est une perte énorme pour toute la communauté psychanalytique internationale.
Président de l'IPA de 2001 à 2005, il succède à Otto Kernberg et est suivi par Claudio Eizirik. Il a initié les travaux sur les « Trois modèles de formation » qui ont été formellement adoptés en 2007 au Congrès de Berlin sous la présidence de Claudio Eizirik.
Pour ce faire, Daniel Widlôcher a révélé un subtil mélange de courage, de diplomatie et de fermeté. En effet ce n'était pas facile.
Travaillant avec lui au Comité Exécutif je l'avais surnommé « la force tranquille » car il ne perdait jamais son calme et restait toujours amical et respectueux de « l'autre » même si ce dernier l'attaquait.
L'ING, Comité des Nouveaux Groupes Internationaux, lui a également une dette ; la création de « Centres alliés » destinés à aider les groupes isolés et sans moyens à s'associer à l'IPA et certains à acquérir à terme le statut de Groupe d'Etudes*.
En plus d'avoir été un grand président de l'IPA, Daniel Widlôcher était une figure unanimement admirée et respectée dans le paysage psychanalytique français.
Professeur de psychiatrie et de pédopsychiatrie, il avait créé, au sein de l'hôpital de la Salpêtrière, un service de psychothérapie infantile qui est toujours réputé aujourd'hui.
Au cours d'une brillante carrière hospitalière, Daniel Widlôcher s'intéresse très tôt à la psychanalyse. Il avait commencé une analyse personnelle avec Jacques Lacan, alors directeur de l'Institut de la Société psychanalytique de Paris.
Daniel Widlôcher a été très affecté par la fameuse scission de 1953-54 * qui a bouleversé la communauté psychanalytique française et a été suivie de l'exclusion de son analyste de l'IPA. Ces souvenirs étaient encore douloureux des années plus tard.
Mais sans nier son affiliation, il ne s'est jamais identifié au modèle lacanien. En 1964, il fut l'un des membres fondateurs de l'Association psychanalytique de France dont il fut deux fois président.
Grand clinicien Daniel Widlôcher était aussi un théoricien et chercheur remarquable, il nous laisse un ouvrage diversifié et original basé sur ses centres d'intérêt : l'affect, l'enfant, la psychothérapie, la métapsychologie de l'écoute et sa conception personnelle de la « co-pensée ».
Ses ouvrages, entre autres : Métapsychologie du sens, Psychodrame chez l'enfant, Sexualité infantile et attachement, Traité de psychopathologie, Les nouvelles cartes de la psychanalyse, témoignent de l'étendue de son engagement.
Enfin, je veux aussi mentionner son humanité ici. Daniel Widlôcher était « bon » au sens noble du terme, c'était une personnalité rayonnante. Élégant dans l'expression, et pas seulement dans le domaine de la psychanalyse, toujours intéressant, gentil et accueillant, travailler et converser avec lui était une vraie joie.


*L'IPA dispose désormais de « centres alliés » dans les quatre régions : Corée, Taïwan, Afrique du Sud, Chine, Chypre, Tunisie et Nouvelle-Zélande.
** En 1953, un conflit éclate au sein de la Société psychanalytique de Paris (SPP) Jacques Lacan, qui vient d'être élu président, quitte la SPP. Il a fondé la Société Française de Psychanalyse (SFP) qui était exclue de l'Association Psychanalytique Internationale (IPA). En 1964, la SFP est dissoute, l'Association psychanalytique de France, dirigée par Lagache, est reconnue par l'IPA et Lacan fonde l'École freudienne de Paris (EFP).



Marilia Aisenstein   
Décembre 2021

Daniel Widlocher nous a quitté le 14 Décembre, c'est une immense perte pour toute la communauté psychanalytique internationale.
 Président de l'IPA de 2001à 2005, il avait succédé à Otto Kernberg et a précédé Claudio Eizirik. Il a été l'initiateur du mouvement des « Trois modèles de formation » qui ont été définitivement adoptés en 2007 lors du Congrès de Berlin sous la présidence de Claudio Eizirik.
Pour ce faire Daniel Widlocher a fait preuve d'un subtil mélange de courage, de diplomatie et de fermeté. En effet cela ne fut pas facile.
Travaillant avec lui au sein du Comité Exécutif je l'avais surnommé « la force tranquille » car il ne perdait jamais son calme et restait toujours amené et respectueux de l'autre même si ce dernier l'attaquait.
L'ING, Comité des Nouveaux Groupes Internationaux, lui doit aussi la création des « Allied Centers » (centres alliés) pensée pour aider des groupes isolés et sans moyens de demander le statut de Study-Group (Groupe d'Étude) *.
En dehors d'avoir été un grand président de l'API, Daniel Widlôcher était une figure unanimement admirée et respectée du paysage psychanalytique français.
Professeur de psychiatrie et pédopsychiatrie il avait créé, au sein de l'hôpital La Salpêtrière, un service de psychothérapie d'enfants encore renommé aujourd'hui.
Au cours d'une brillante carrière hospitalière Daniel Widlocher s'est très tôt intéressé à la psychanalyse. Il avait entamé une psychanalyse personnelle avec Jacquescan, alors directeur de l'Institut de la Société Psychanalytique de Paris.
Daniel Widlocher avait été très touché par la fameuse scission de 1953-54 * qui a bouleversé la communauté psychanalytique française et suivie de l'exclusion de son analyste de l'API. Ces souvenirs restaient encore douloureux des années plus tard.
Sans renier sa filiation il ne s'est pourtant jamais identifié au modèle Lacanien. En 1964, il a été un des membres fondateurs de l'Association Psychanalytique de France dont il a été deux fois président. 
Le grand clinicien Daniel Widlôcher était aussi un remarquable et chercheur, il nous laisse une œuvre diversifiée et originale où l'on retrouve ses centres d'intérêt : l'affect, l'enfant, la psychothérapie, la métapsychologie de l'écoute et sa conception personnelle de la « co-pensée ».
 Ses ouvrages, entre autres : Métapsychologie du sens, Le psychodrame chez l'enfant, Sexualité infantile et attachement, Traité de psychopathologie, Les nouvelles cartes de la psychanalyse, témoignent de l'ampleur de son engagement.
Pour terminer je veux aussi évoquer ici son humanité. Daniel Widlôcher était « bon » au sens noble du terme, c'était une personnalité rayonnante. Fin lettrée, et pas seulement dans le domaine de la psychanalyse, toujours intéressant, aimable et accueillant, travailler et converser avec lui était un vrai bonheur.


*L'IPA a aujourd'hui des « Allied centers » dans les quatre régions : Corée , Taiwan, Afrique du sud, Chine, Chypre ,Tunisie et Nouvelle-Zélande.
** En 1953, un conflit éclaté au sein de la Société psychanalytique de Paris (SPP) Jacques Lacan qui venait d'être élu président quitte la SPP. Il fonde la Société française de psychanalyse (SFP) qui est exclue de l'International Psychoanalytic Association (IPA). En 1964, la SFP est dissoute, l'Association psychanalytique de France, dirigée par Lagache, est reconnue par l'IPA et Lacan fonde l'École freudienne de Paris (EFP).