Illustration de: http://jpbohannon.com/


Ancien président de l'IPA Stefano Bolognini a été interviewé le 4 septembre 2013 par Filippo La Porta.
L'interview intitulée ' Tout ce que vous vouliez savoir sur la psychanalyse » apparu à l'origine dans le journal en ligne: Europa Quotidiano.

 
.................................................. .................................................. .................................................. .................................................. .................................................. ..............................................

 

Tout ce que vous vouliez tous savoir sur la psychanalyse.

Dans une interview avec Stefano Bolognini, le premier Italien à avoir été élu président de l'IPA (International Psychanalytical Association), je lui ai demandé tout ce que j'avais toujours voulu savoir, et n'avais jamais demandé auparavant, sur la psychanalyse.


Les gens disent: "Je suis en analyse ...", mais ils n'ont vraiment commencé que la psychothérapie. Quelle est la différence fondamentale entre les deux?
La différence est la même que la différence entre deux personnes vivant ensemble ou se voyant une fois par semaine. En analyse, outre le cadre (canapé au lieu de chaise), la fréquence contribue à la profondeur de l'exploration et au lien émotionnel entre l'analyste et le patient. C'est une "cohabitation psychique".


La psychanalyse est un fait culturel, une combinaison de théories psychologiques sur certains aspects du fonctionnement mental humain, mais c'est avant tout une forme de thérapie. Est-il sensé d'entrer dans l'analyse uniquement comme une aventure intellectuelle et une expérience d'apprentissage?
Il y a trente ans, lorsque de nombreux intellectuels ont entrepris une analyse pour enrichir leur monde intérieur, plutôt que de se guérir par le changement, ils ont très souvent découvert que l'intellectualisation pouvait être, au moins en partie, une défense. Cela ne se produit plus maintenant: l'analyse nécessite un sacrifice économique qui était plus durable dans le passé, et les gens "se moquent" beaucoup moins maintenant, allant directement au cœur du problème: c'est-à-dire à la souffrance et au besoin.


La psychanalyse sert à comprendre certains des problèmes de l'individu, mais pourquoi est-elle utilisée souvent et de manière inappropriée pour comprendre la société?
L'application de la psychanalyse à la vie des groupes et des sociétés a commencé en 1921, lorsque Freud a écrit Group Psychology and the Analysis of the Ego. Le modèle de la vie psychique individuelle ne peut être appliqué mot pour mot à la psychologie de la société dans son ensemble; néanmoins, certaines analogies entre certaines structures psychiques et fantasmatiques de grands groupes et celles d'un individu ne peuvent pas non plus être niées. La qualité de ces observations dépend de qui les fait.


En psychanalyse, la psyché prévaut sur la morale. Le psychanalyste a tendance à ne pas juger. En Italie, comme l'a dit Flaiano, nous n'avons qu'un seul ennemi, "l'arbitre dans les matches de football, car il porte un jugement". Tout cela pourrait-il nous déresponsabiliser?
Dans le contexte de la perversion, la confusion entre le bien et le mal est stratégiquement manipulée de manière à désorienter le sujet et lui faire perdre le contact intérieur avec ces distinctions de base. La technique de la psychanalyse appelle à la «suspension», en prévision des associations du patient. Pour pouvoir s'ouvrir à l'exploration de leur propre vie intérieure, les patients doivent se sentir écoutés avec impartialité. Cependant, lorsque la confusion a une origine perverse, l'analyste doit clarifier la dynamique de tout cela. La psychanalyse oblige le patient à prendre une responsabilité consciente: par exemple, un patient n'est pas "coupable" de ses désirs refoulés ou conscients, s'il n'agit pas sur eux; mais ils en sont «responsables» et, à mesure qu'ils mûrissent, ils reconnaissent leur présence et leur sens. Ils peuvent vouloir tuer leur ennemi (nous ne pouvons pas "décider" des sentiments et des fantasmes), mais ils devront, de manière responsable, ne pas le faire.


La psychanalyse donne à chacun le plaisir de prendre le devant de la scène. L'analyste transforme notre existence même en un récit convaincant. N'y a-t-il pas un risque que cela gratifie le narcissisme des gens?
Oui, mais dans de nombreux cas, c'est exactement ce dont certaines parties moins évoluées des patients ont besoin. Dans la plupart des cas, il ne s'agit pas de chouchouter un narcissique, mais plutôt d'apporter de la valeur et un sentiment de soi à des personnes (ou à leurs parties intérieures) qui n'avaient pas de récipient réceptif pendant leur stade de développement. Ensuite, à côté d'eux, il y a les vrais narcissiques: ils trouveront précisément la réponse inverse en termes de technique, visant à leur faire prendre conscience de leur comportement et à le transformer.
Je ne suis jamais entré dans l'analyse parce que je me méfie de la relation inégale avec l'analyste, qui a «naturellement» tendance à abuser de son pouvoir.
La relation n'est pas égale et elle ne peut et ne doit pas l'être, car l'analyste a une responsabilité fonctionnelle fondamentale dans le travail avec le patient. Cependant, sur le plan humain, il y a une égalité absolue entre les deux: ce sont deux personnes, et doivent se traiter comme telles.


Ce qui se passe, de manière planifiée, au cours de la relation psychanalytique, s'est produit normalement pendant des siècles, et a été «généré, avec une joyeuse spontanéité, de la dévotion et de l'affection» (Adorno), sans avoir besoin de «l'artifice» de sessions et leur liturgie. Avant Freud, l'humanité était-elle vraiment bien pire?
La psychanalyse, lorsqu'elle est effectuée correctement, est un moyen plus ciblé et conscient de fournir à l'individu ce dont il a besoin pour grandir. Il y a beaucoup de gens qui savent se rapporter aux autres avec profondeur et empathie, qui sont de précieux dons naturels. Mais l'empathie psychanalytique est techniquement autre chose: elle a une complexité technique différente, par exemple, elle implique de s'accorder sur différentes parties du patient qui sont en désaccord les unes avec les autres, comme l'affection et la haine ressenties en même temps envers la même personne. ..


Existe-t-il d'autres moyens que la psychanalyse pour traiter la souffrance, comme la danse (comme me l'a dit le psychanalyste Elvio Fachinelli)?
Oui, il existe d'autres façons, qui diffèrent d'un cas à l'autre et qui peuvent grandement aider une personne. Cependant, ils exercent un effet différent et plus localisé, et parfois pas plus que superficiel. Ces activités peuvent être utiles, mais elles sont rarement véritablement transformatrices dans un sens structurel et durable.
Pour certains thérapeutes aujourd'hui, l'inconscient s'est presque dissous: les gens ne répriment ni n'effacent plus rien (le Super Ego ne nous interdit rien, au contraire il nous encourage à nous adonner, car cela augmente le consumérisme). Notre problème n'est donc pas tant de savoir comment "se libérer" que de renforcer un Moi de plus en plus fragile.
Oui c'est vrai. Pas dans le sens où l'inconscient n'existe plus du tout, mais dans le sens où il est moins réprimé, alors que l'ego central est plus faible, plus fragmenté et confus. Dans le passé, les gens devaient se débarrasser d'un Super Ego oppressif, alors qu'aujourd'hui ils ont besoin de se réintégrer, de trouver des "objets" fiables (dans le sens des personnes et des relations) et de pouvoir établir des relations avec bon sens et cohérence. L'homme moderne est souvent arrogant, confus et franchement beaucoup plus nécessiteux qu'on ne le pense.