img: Daniel6D/Pixabay


Réflexions sur les fusillades de masse

Les psychanalystes Leda Herrmann, Luiz Moreno Guimarães Reino et Fernanda Sofio réfléchissent à la psychologie des tireurs de masse.


bien : les pharmacies ne proposent pas, pas encore,
façons de sauter d'un jet.

João Cabral de Melo Neto (1985) [1] 


Au début des années 1980, le psychanalyste et penseur brésilien Fabio Herrmann (1944-2006) a défini ce qu'il a décrit comme un régime d'attaque, un état des lieux qui expliquait alors les événements récents, notamment la tentative d'assassinat du pape Jean-Paul II, mais aussi l'assassinat de John Lennon et la tentative d'assassinat de Ronald Reagan. 

Les idées de Herrmann développées à cette époque sur pensée et action semblent utiles pour réfléchir au monde dans lequel nous vivons maintenant, en particulier en ce moment prémonitoire où une série de fusillades de masse hante la société américaine, ainsi que d'autres sociétés à travers le monde. Ce n'est pas une tendance particulièrement nouvelle, bien sûr, mais elle semble d'une fréquence inquiétante ces derniers temps.

Le texte de Herrmann est extrêmement complexe et sophistiqué, ce qui le rend impossible à résumer. Nous encourageons fortement le lecteur, en particulier les lecteurs qui comprennent le portugais, à rechercher le texte original. Ici, nous analyserons quelques idées pour une première discussion, en présentant quelques fragments qui peuvent aider à réfléchir sur ce phénomène.  

Une question demeure
Lorsque le pape Jean-Paul II a été abattu sur la place Saint-Pierre en 1981, il s'est demandé : « Pourquoi moi ? Pourquoi le pape ? Sur la base de cette réaction simple et spontanée, Herrmann fait diverses considérations intéressantes. « Il exprime la surprise incrédule de quelqu'un qui se fait tirer dessus (Pourquoi moi ?) et aussi un principe réflexif (pourquoi le pape ?) » Il y a un début de glissement : de la cible d'une tentative d'assassinat à une personne (moi?), et de personne à sujet de réflexion (Pourquoi?) D'une certaine manière, c'est l'homme qui est devenu pape, Karol Józef Wojtyła, qui s'est demandé : qu'est-ce que je suis devenu qui est maintenant la cible d'intentions meurtrières ?

C'est la victime même de la tentative d'assassinat qui a initié un processus analytique : la première personne à retourner penser à une action. Ce que nous pouvons faire maintenant, c'est aller un peu plus loin.  

Le monde dans lequel nous vivons
Ma compréhension de Herrmann est que, pour lui, nous ne pensons pas au monde dans lequel nous vivons : c'est le monde dans lequel nous vivons qui nous pense. Des informations, ou des « opinions », nous sont véhiculées dans les journaux et les débats houleux, et elles deviennent des vérités, dans le sens où elles dictent notre monde et sont défendues avec force. Plutôt que des arguments réfléchis, ces vérités s'apparentent à des «positions» dans la guerre. Il n'y a aucune pensée critique ou une pensée critique minimale, et ceux qui occupent de telles positions acceptent rarement des contre-arguments ou une discussion productive. 

Du coup, notre monde contemporain est celui où beaucoup de gens ressentent une grande impuissance, et ils mesurent leur valeur à celle de grandes personnalités, ou du moins c'était le cas dans les années 1980 : comment Lennon a-t-il pu devenir si grand alors que mon propre vie est si petite et insignifiante? 

Lacan et Hermann
Le discours capitaliste a été défini par Lacan (Séminaire XVIII) comme une transformation de l'impossible en impuissance. Non pas qu'il soit impossible d'atteindre un idéal, mais que vous avez échoué. Un tel discours déguise l'impossibilité structurelle en impuissance individuelle, une conversion qui se synthétise dans le mot : perdant.

En revanche, Herrmann a défini la tentative d'assassinat comme une transformation de l'impuissance en omnipotence. "L'impuissance révélée par une tentative est masquée en toute-puissance." Par un acte isolé et destructeur, un individu tente de modifier l'ordre du monde. 

Ces deux formulations peuvent se compléter : 






Le discours capitaliste est soutenu par une la célébrité. Une célébration répétitive qui ne cesse de jeter en pleine face l'inaccessibilité d'un idéal en vous. Tu-perdant manqué. Celui qui opère l'inversion brutale de l'état d'impuissance est le auteur de la tentative. Les personnages dont le destin (inconscient réciproque) est de se rencontrer : « La tentative est le dialogue [sans paroles] entre les deux derniers individus de la modernité », écrit Herrmann – un « bonjour en forme de plan ».  

D'un côté, nous avons une célébrité dont la fonction est de soutenir le discours du capitaliste, de vous jeter à la figure que l'idéal est atteignable : toi-perdant raté. A l'autre bout, nous avons le auteur d'une tentative qui opère une fin abrupte et suicidaire pour l'état d'impuissance. Tous deux sont comme des personnages dont le destin (inconscient réciproque) est de se rencontrer : la tentative est le dialogue [sans paroles] entre les deux derniers individus de la modernité », écrit Herrmann – un « bonjour en forme de plan ».

Réseaux sociaux
Avec les médias sociaux, cela a semblé changer : les individus, au début, se sentaient responsabilisés et que leurs voix étaient enfin entendues, car ils partageaient leurs « positions » sur des plateformes telles que Facebook ou Instagram. Ils avaient l'impression que leurs opinions équivalaient à celles de journalistes célèbres, qu'ils avaient des lecteurs et des « suiveurs ». 

Au fil du temps, il est devenu clair que n'importe qui peut publier n'importe quoi en ligne, inonder Internet de cette façon, mais leur influence est toujours limitée. Avoir ou manquer de followers est devenu une grande source de préoccupation et de frustration pour beaucoup dans notre société. Ils sont restés impuissants, maintenant non seulement individuellement mais en tant que larges groupes de personnes.

Actes purs
Ceux qui ont tenté de prendre la vie du pape, de Lennon et de Reagan n'ont pas pu tolérer leur propre insignifiance, comparé à ces grandes personnalités, et ils ont commis des actes de rage. Actions, explique Herrmann, sont simplement pensées coagulées; ce sont des opinions portées aux dernières conséquences. En définitive, ils sont actes purs.

Actes purs "déclarer leurs raisons" et donc "ne peut pas être expliqué", dit Herrmann. Ce sont des gestes autodestructeurs, dans le sens où l'auteur meurt ou est condamné à la prison à vie. Mais le besoin, la volonté interne d'exécuter l'acte, la folie meurtrière, est si grand que rien d'autre n'a d'importance, pas même la vie du tueur. Les actes purs ne sont pas rationnels - ou, si cela est impossible, ils ne sont que très peu rationnels - et ils sont hautement symboliques.  

Retour au présent
Comment ces idées nous aident-elles à réfléchir à ce qui se passe aux États-Unis aujourd'hui ? Comment pouvons-nous recontextualiser les idées de Herrmann du début des années 1980 à 2022. Ce que nous voyons aujourd'hui aux États-Unis, ce sont des fusillades de masse, pas des assassinats isolés ou des tentatives d'assassinat de personnalités hautement charismatiques. Très souvent, ils sont diffusés en direct sur les réseaux sociaux, ce qui était inimaginable dans les années 1980. Et certaines des cibles étaient des enfants aussi jeunes que cinq ans. 

Mais l'impuissance des tueurs semble aujourd'hui la même. La nécessité d'agir. De plus, Herrmann avait observé que les assassins étaient principalement des hommes, et cela reste également vrai. Malgré la fréquence à laquelle les fusillades de masse sont devenues fréquentes, je ne me souviens d'aucune femme tireuse de masse. 

Ce que Herrmann a décrit comme psychose d'action semble prévaloir. C'est-à-dire que le tireur ne pense pas, il est pensé par le monde dans lequel il vit, et les pensées qui le pensent sont mortelles et toxiques. Il accomplit des actes purs, propres à la psychose de l'action, forme tragique de psychopathologie collective.

Il est possible de penser aux tireurs de masse américains, généralement des hommes, et souvent âgés de 18 à 22 ans, comme souffrant d'impuissance, dans le sens de se sentir incapables de faire une différence dans le monde, de se sentir insignifiants, et cette forme de psychose comme psychose d'action.

Si ce tableau diagnostique extrêmement bref est le moins du monde exact ou pertinent, la question suivante devient : comment réintroduire la pensée critique dans notre monde ? Cela en soi semble critique. Ces pensées qui nous préoccupent, à nous ou à tant d'entre nous, impliquant des armes à feu et des installations de tir doivent être examinées et ébranlées. 


[1] Traduction par Dylan Blau Edelstein et Fernanda Sofio. Portugais original de "Sujam o suicídio" Dans Poésie complète et prose. AC Secchin (Org.), Rio de Janeiro, Nova Aguilar, 2008. p. 549. 

Auteurs
Léda Hermann
Membre Titulaire, Analyste Formateur et Superviseur à la Société Brésilienne de Psychanalyse de São Paulo; doctorat en psychologie clinique (Université Pontificale Catholique de São Paulo) ; auteur de Andaimes do Real : A Construção de um Pensamento [Échafaudages du réel : la construction d'une pensée psychanalytique], entre autres textes.
 



Luiz Moreno Guimarães Reino
Membre affilié de la Société Brésilienne de Psychanalyse de São Paulo ; doctorat en psychologie sociale (Université de São Paulo) ; auteur de la thèse Destino e Daimon na Psicanalise [Destiny and Daimon in Psychoanalysis], entre autres textes.
 






Fernanda Sofia 
Membre actif de l'American Psychoanalytic Association; doctorat en psychologie sociale (Université de São Paulo), auteur de Literacura : Psicanálise Como Forma Literária [Littérature : la psychanalyse comme forme littéraire], entre autres textes.









 
 Retour à Blog de la psychanalyse au quotidien