2020 Année des courts métrages

Cliquez ici pour nos critiques de films 



La commission IPA dans la culture veut faire de 2020 un Année des courts métrages. Chaque mois, nous vous enverrons un lien vers un court métrage accompagné d'une brève description et de quelques réflexions personnelles d'appréciation. Les courts métrages seront sélectionnés et présentés par les membres du Comité IPA en Culture. Prenez quelques minutes de votre journée pour regarder ces courts métrages et soyez touché, perplexe, enchanté, intrigué, agité ou inspiré. Aucun travail n'est requis, aucune signification particulière n'est attachée. Ce sera juste un moment de découverte privé pour vous.
 
Cordelia Schmidt-Hellerau
Président du comité de l'IPA dans la culture 

 

Octobre: Visage de poupée par Andy Huang, 2007

Le court-métrage primé d'Andy Huang est un savant mélange de musique, d'animation numérique, d'infographie et de formes robotiques, non sans allusions au cinéma et à la littérature: l'œil brisé de la poupée reflète le «Chien Andalou» de Bunuel, et ses appendices métalliques tremblants luttent comme ceux de Kafka pattes d'insectes. Implanté sur un corps en métal en mouvement, le visage de la poupée, s'éveillant de l'ombre et essayant désespérément de prendre vie et de saisir un monde déroutant à l'écran, ressuscite la fascination, le rêve et le cauchemar séculaires de la quête de l'homme pour transformer l'inanimé en animé. Pris au piège par sa propre technologie, le visage ressuscité sur son corps filiforme métallique finit par se décomposer alors que le monde à l'écran s'éteint. Le message de Huang suscite des interrogations déconcertantes sur le pouvoir des images visuelles dans notre monde contemporain et le risque de construire des identités fictives et imitatives, des modèles télévisés de poupée qui ne font que simuler des affects et des émotions. Notre technologie de communication de plus en plus sophistiquée créera-t-elle un monde qui dérive vers la ruine plutôt que de déployer la splendeur qu'elle annonce? Sélectionné et commenté par Paola Golinelli, Bologne

Juillet: PAR LA MER de Charlie Chaplin (1915)

Charlie dit: Hier soir, j'ai fait un rêve. J'étais au bord de la mer, il faisait beau et chaud, et je marchais tranquillement en profitant de ma banane… Puis j'ai vu mon frère. Il s'est disputé avec sa femme, parce qu'il était ivre, alors je suis intervenu et nous nous sommes disputés. Il attrapa mon chapeau, et je n'aimais pas ça, on se battait un peu, juste fraternellement… Bref, sa femme était partie, mais elle est revenue, elle m'aime bien. Elle me sourit, comme si elle aimait voir que son mari avait été un peu roué de coups. Rien de sérieux. Ensuite, nous nous sommes réconciliés et sommes allés prendre une glace. Mais il ne voulait pas payer, et nous nous sommes battus à ce sujet. À l'autre bout du bar, il y avait ce gars énorme - il me rappelait un peu mon père, le même ventre, la même tenue pompeuse. D'une manière ou d'une autre, il s'est impliqué, mais je me suis éloigné, et il y avait le chéri de ce gars, tout seul et inquiet. Je m'assis à côté d'elle pour la calmer. Nous avons eu un bon temps. Mais soudain, son camarade est revenu et m'a menacé, parce que je riais bien avec sa femme. Je me suis enfui et suis retourné chez ma belle-sœur pour tout expliquer. Cependant, ils sont tous venus après moi. Ils ont sauté sur le banc, où j'étais assis… J'ai craint pour ma vie — et je suis tombé du lit…. Je me suis réveillé le cœur battant. Sélectionné et commenté par Cordelia Schmidt-Hellerau, Boston  

Avril: FISHEYE (1980) de Josko Marusic

Pendant la période de l'ex-Yougoslavie (1945-1991), il existait un groupe d'artistes de renommée mondiale connu sous le nom d'École d'animation de Zagreb (1956-1983). Un de leurs chefs-d'œuvre est FISHEYE (1980) de Josko Marusic. Ce court métrage plein de suspense, créé il y a 40 ans, peut sembler presque prémonitoire aujourd'hui alors que nous luttons contre la pandémie de coronavirus qui fait rage. Evoquant le choc et l'horreur, il nous confronte au pouvoir de la nature. Comme ces pêcheurs métaphoriques, nous utilisons et abusons de notre planète et de ses ressources sans soin ni limites. Pourtant, lorsque la nature riposte, nous nous sentons impuissants. La noirceur de la nuit intérieure se fait sentir dans des sentiments d'effroi même à la maison, dans la futilité d'un effort tardif pour fuir, et finalement dans des rues vides et à la vue de cadavres mutilés. L'apparition soudaine d'un ennemi muet avec son agression inexorable, exprimée dans le regard féroce du poisson, est juxtaposée au paysage pictural d'un petit village méditerranéen au bord de la mer. À la fin du film, quand le jour se lève, nous regardons de loin la silhouette d'un village désormais vide et sans vie. Avec son style unique de dessin, Marusic (qui commente habilement et habilement dans ses dessins sur la réalité de la vie dans la Croatie d'aujourd'hui), avec l'écrivain Goran Babic et le compositeur Tomica Simovic (dont la bande originale dramatique nous rappelle les films de Hitchcock), ont a créé une œuvre d'art intemporelle, nous montrant l'avenir reflété par l'éclat du fisheye. Sélectionné et commenté par Stanislav Matacic, Zagreb, Croatie.

Janvier: Conte des contes par Yuriy Norstein (1979)

Un court métrage d'animation russe qui capturera votre imagination et vos cœurs. Bien sûr, son image et son résonnent au-delà des frontières nationales et nous rappellent pourquoi et comment l'art transcende les frontières artificielles. Ce film a remporté des prix et est considéré par beaucoup comme le meilleur film d'animation de tous les temps! Je vous encourage à regarder avant de lire sur Tale of Tales; J'ai fait, et je flotte encore avant son hiver, musique, danse, pommes tombées à moitié mangées, guerre, jeunesse, perte, parents, femmes, lyres, vieillissement, bébé allaitant, yeux, adieu - lumière / feu / lettres ... Et tous ces animaux banals: chat, poisson, taureau sautant à la corde, corbeaux, loup errant qui nous racontent l'histoire de la vie dans leurs transformations magiques qui sont plus que des signifiants soviétiques ... ils sont la condition humaine. Sélectionné par Barbara Stimmel, New York, janvier 2020.

Septembre:  Feu (Pozar) par David Lynch, 2020

Les croquis de David Lynch pour le court métrage «Fire (Pozar)» ont été animés par Noriko Miyakawa et mis en musique par le compositeur américano-polonais Marek Zebrowski. Ce que nous voyons ressemble à la terre, avec ses champs, ses maisons et ses corps, mais ses emplacements ne sont localisés que par certains marqueurs culturels, comme les scènes de théâtre, les dessins d'enfants d'arbres et de maisons, les bâtiments euro-américains. Une figure humanoïde avec une gueule grotesque allume une allumette qui brûle un trou à travers lequel une créature ressemblant à un ver se tortille. Dans ce film, les propriétés des choses et des corps sont fluides; les surfaces ne deviennent des membranes qu'après pénétration, la texture ne devient peau qu'après que la caméra / le regard se soit éloigné. «Le feu (Pozar)» semble être exactement ce que la plupart de ses commentateurs pensent qu'il est: catastrophique, apocalyptique, épouvantable, grave. Le moment de sa réédition en 2020 semble soutenir cette affirmation, maintenant que les véritables grands incendies (Australie, Californie, Arctique) commencent et que le dernier désert du monde est consommé par l'avidité à pleines dents de la méchanceté Lynchienne ( capitalisme autoritaire de stade avancé), et les enfants meurent partout après une courte vie cauchemardesque pleine de violence, d'exploitation et de privation. Cependant, tout n'est peut-être pas perdu. Dans le film, les bras noirs se lèvent pour couvrir les yeux d'une tête d'enfant qui pleure. Les bras sont lisses, pas granuleux comme le reste du film, et se réfèrent stylistiquement à la clarté de forme caractéristique de tant d'animation contemporaine. Cet acte de soin est un don d'un certain style artistique, une sorte d'intervention créative qui, tout au long de sa courte histoire, a défendu la réanimation, la résurrection d'entre les morts, le réassemblage de corps écrasés ou démembrés. Si l'imagination créatrice ne garantit rien, surtout en ces temps sombres dont elle aussi porte la responsabilité, elle promet aussi tout. Lire la suite Sélectionné et commenté par Aranye Fradenburg Joy, Santa Barbara, USA  

Juin: Benigni de Pinja Partanen, Jasmiini Otelin, Elli Vuorinen (2009)

Dans sa simplicité austère mais aussi pleine d'esprit, ce court métrage d'animation finlandais parvient à transmettre - des années avant le verrouillage de Covid-19 - la vie d'un homme dans la solitude et l'isolement: regarder par la fenêtre, fumer une cigarette, tapoter une mouche, lire Batman, s'endormir. Que pourrait-il se passer à l'intérieur? Out pousse une protubérance, inquiétante et pourtant avec un visage, un sourire et des yeux qui le regardent. Inquiet au début, puis perplexe, il apprend vite à aimer son nouveau compagnon. Il lui lit, prend un selfie des deux, les prépare comme un drôle de duo de pain d'épice, joue du xylophone avec lui et fête le premier anniversaire de son nouvel ami. Il est altéré, il n'est plus seul, la vie est amusante jusqu'à… Emballé en seulement huit minutes presque silencieuses, agréable et dérangeant à parts égales, Benigni est un petit chef-d'œuvre. Sélectionné et commenté par Andrea Sabbadini, Londres  

Mars: Bande-annonce (2010) par Nicola Constantino

Cette vidéo hypnotique et captivante de la célèbre artiste argentine Nicola Constantino, membre du mouvement / groupe `` Art contemporain '', est complétée par une installation du même nom, Bande annonce. Sameness - duplication, the other - self, 'the double' / 'doppelganger' are figure and 'leitmotif' of the film, revealing the dreams, desires and phantasies of something feminine. Bande annonce arises from the process of the artist's pregnancy, at age 45, by means of an anonymous donor. Fear of maternity and the unknown are elaborated in her work of art: creating her double she becomes herself a work of art, 'an antidote against loneliness', or 'two bodies with only one soul' vis-à-vis the strangeness (says Nicola). Trailer's literary and cinematographic sources embody Freud's idea of the 'uncanny' as well as the concept of identification. Nicola includes her newborn son in the film and discovers, not only does she no longer need the double, she now sees her as even terrifying. Gripped by fascination and horror, the film might induce us to thinking and feeling...a bit beyond the well-known.   Selected by Gabriela Goldstein, Buenos Aires, March 2020. Espagnol | FrançaisDeutsch

Août:  Oh Willy (2012) by Emma De Swaef & Marc James Roels

Willy, having lost his love to death, tumbles into a world never seen before. This is what the award winning short shows us, sensibly written and directed by Emma De Swaef and Marc James Roels (Belgium, France and The Netherlands, 2012), with a masterful sound design by Bram Meindersma. Deprived of his familiar comfort and routine, bare and alone, Willy’s life takes a strange turn. What monsters and miracles do we meet along his way? What dangers, threats, and surprises need to be tackled? Who may wait beyond the next corner? In a bare-skin woolly world Willy floats through a wondrous universe in his silent search for comfort. Naïf, vulnerable yet courageously determined, Willy captures our attention. His weird journey is intensely moving. At turbulent times of difficult losses, we share with you this surprising short, portraited in scenes of an unexpectedly delicate, yet powerful script that we hope will amaze and embrace you, as it did us. Oh, Willy! Sélectionné et commenté par Cláudia Antonelli, Campinas, Brésil.

Mai: Madame Tutli-Putli, par Chris Lavis et Maciek Szczerbowski (2007).

Les cinéastes montréalais Chris Lavis et Maciek Szczerbowski, réalisateurs, animateurs, sculpteurs, collagistes, scénaristes et directeurs artistiques primés, nous emmènent dans un voyage mystérieux, déroutant, parfois exaltant. Madame Tutli-Putli - dont le nom a été emprunté au titre d'un livre de 1920 de l'écrivain polonais Stanislaw Ignacy Witkiewicz - a été nominée pour le meilleur court métrage d'animation aux Oscars 2008, avec une bande originale magistrale de David Bryant et Jean-Frédéric Messier. Madame Tutli-Putli embarque dans un train de nuit avec une queue d'objets personnels: passés et présents, réels et non, familiers et étranges. Les papillons la poursuivent à l'intérieur comme à l'extérieur. Rêve, cauchemar ou ... vie? Elle part? Est-ce qu'elle bouge? Voyage-t-elle? Aux côtés de personnages vêtus de costumes inspirés du travail emblématique du peintre allemand George Grosz, Madame Tutli-Putli est un personnage contemplatif dont les sentiments et les émotions semblent traverser sa peau et ses yeux expressifs. Un voyage en train dans la nuit de Madame Tutli-Putli est ce à quoi nous vous invitons, dans ce court métrage ICC du mois de mai. Sélectionné et commenté par Cláudia Antonelli, Campinas, Brésil. Disponible en: Espagnol, Français et Allemand

Février: Felix en exil (par William Kentridge, 1994)

Découvrir l'artiste sud-africain William Kentridge et ses célèbres films d'animation, produits par des dessins au fusain successifs, a été pour moi une expérience magique et transformatrice avec l'art et le cinéma. L'utilisation du charbon de bois, explique Kentridge, lui permet d'effacer et de peindre une image tout en conservant des traces de ses précurseurs, révélant ainsi un processus mental comme celui décrit par Freud dans A Note Upon the 'Mystic Writing Pad' (1925). L'art de Kentridge, doux et cauchemardesque, concerne ce que nous aimerions ignorer: notre désir d'amour et notre peur de la perte se manifestent là où la politique brutale, l'injustice sociale et la souffrance humaine imprègnent nos esprits, infiltrent nos rêves et transpercent nos cœurs. Regardant dans les yeux une femme qui le regarde, Félix, un être humain nu au cœur, se débat avec le flot d'images inquiétantes. Il ne peut pas ou ne veut pas les effacer, et s'ils disparaissent un instant, ils réapparaissent dans le suivant, lentement ou avec une secousse soudaine. Son exil est son esprit. Kentridge a un jour parlé du démembrement du passé, et il m'a frappé que son complément se souvienne, qui rassemble ce qui nous vient en morceaux. Oscillant entre le désir d'oublier et le besoin de récupérer, la chanson de notre présent est triste, élevant une image pour la submerger avec la suivante. Ce qui se trouve sur une page s'envole et ce qui apparaît la nuit disparaît dans la journée. Sélectionné par Cordelia Schmidt-Hellerau, Boston, février 2020.